Ce n’est pas ta faute…

Ce n’est pas ta faute. Tu m’entends… ? Ce. N’est. Pas. Ta. Faute. Regarde-moi dans les yeux. Ce n’est pas ta faute. Alors, arrête-toi ici un instant. Et écoute-moi… Depuis ta Chair de Femme…

Si tu as été rejetée, trahie, abandonnée… Ce n’est pas ta faute.

Si tu as été maltraitée, frappée, humiliée, agressée, violée… Ce n’est pas ta faute.

Si tu as perdu un enfant ou si ton ventre hurle de ne pas pouvoir en accueillir… Ce n’est pas ta faute.

Si tu as été malade, si ton Corps souffre, s’asphyxie, tremble ou s’enflamme… Ce n’est pas ta faute.

Si ton Ventre brûle, se tord, trop plein ou trop vide… Ce n’est pas ta faute.

Si ton sexe a mal, pleure ou crie dès qu’une intimité se crée pour lui… Ce n’est pas ta faute.

Si ton désir ardent d’être enveloppée par un.e compagnon.gne n’est pas exaucé… Ce n’est pas ta faute.

Si tu es seule sans te sentir soutenue… Ce n’est pas ta faute.

Et tu as le droit.

Le droit d’être en colère, triste ou apeurée. Le droit de trouver tout cela injuste. Le droit d’être abattue, épuisée, tendue, vexée…

Tu as le droit de leur en vouloir et d’en avoir marre. De vouloir tout envoyer valser, l’Univers et ton Utérus avec…

Tu as le droit d’en avoir marre d’essayer, et d’enrager de ne pas y arriver.

Tu as le droit de te sentir seule, de ne pas avoir envie de faire d’effort ou de dire merci.

Tu as le droit de penser que ta voisine du dessus, qui fait claquer

Tu as le droit de te dire « Ce n’est pas ma faute. »…

Un instant, oublie ces discours de spiritualité détournée qui te disent que tu es seule responsable de tout et que « tu n’attires à toi que ce que tu vibres », ou encore, que « tout est un cadeau à accueillir » et que la « gratitude » est la seule voie de rédemption pour « racheter tes dettes karmiques »… En d’autres termes, que si ta vie est souffrante, c’est de ta faute… Cela suffit.

Responsabilité ou toute puissance… ? « Evolution spirituelle » ou forme moderne d’une chape religieuse culpabilisante et manichéenne ? Peu importe à cet instant… Mais demande-toi…

Qui « accueilles-tu » quand tu penses cela ? Qui abuses-tu ? Encore. Et encore. Et encore… Et ton Corps dans tout ça ? Ta Chair de Femme ?

Alors, oublie ces discours. Juste pour aujourd’hui. Oublie, ferme les yeux. Oublie juste pour un instant ces discours, jette-les…

Oublie ces discours… Et regarde-toi dans le miroir. Maintenant.

Face à moi, des femmes qui me disaient hier « J’ai été violée et l’intimité sexuelle avec mon partenaire me terrorise », me disent aujourd’hui « J’ai cherché ce viol, j’ai quelque chose à comprendre, une mémoire, un héritage. Avoir mal n’est pas le problème, j’ai vraiment autre chose à comprendre. »… Cela me dévaste à chaque fois. Une nouvelle forme de génocide et d’excision symbolique… Auto-infligée…

Je ne dis pas que cela est faux sur le fond… Mais que d’étapes reniées avant cela !!! Humaines, émotionnelles, charnelles… Et, en premiers lieux : tu as été violée, tu as été victime, et ton Corps souffre, tu es triste, enragée et terrorisée. C’est dur à dire, mais, je t’en supplie, ne le nie pas au profit d’une quelconque « gratitude ». Tout cela est sain, naturel et sublimement résilient ! C’est déjà de la Vie qui Œuvre à illuminer le chemin… Le sens-tu ?

Tout cela n’est que ta Rage Sacrée, la Vie qui défend la Vie coûte que coûte… C’est ta Shakti… Depuis quand est-elle domptable, et se soumet-elle à accepter ce qui est inacceptable ? Ta Shakti est la Gardienne Guerrière qui se bat pour ta vie à chaque seconde… Et, tout ce qui va contre ta vie, contre La Vie, elle l’attaque, l’avale… Jamais Shakti ne se met à genoux devant une agression, une injustice ou une humiliation. Là où certain te disent « gratitude », ta Shakti répond « Souveraineté ». Car nulle femme ne peut être à genou là où elle ne sait pas encore se tenir debout…

Notre résilience ne peut pas, ne peut plus nous être volée ! Qui plus est par nous-mêmes, femmes… Tu m’entends ?! Notre résilience ne peut plus nous être volée…

Tu as le droit de te réapproprier ta Rage Sacrée. Ce « Non » qui est ton plus grand « Oui » à toi.

Et moi, j’ai le droit de t’aimer, ma Sœur, et de t’offrir un Refuge pour ton Amour… Alors, je t’offre une Danse pour l’Amour des Femmes… Pas un jour sans danse dans mon Temple, et aujourd’hui, ma danse est pour toi… Danse avec moi, ma Sœur…

Surtout, n’oublie pas… Ce n’est pas ta faute.

Et, je dois bien l’avouer ici, cette chape, ce reniement de moi, profond et irrévocable, j’ai été assez experte… Mais, ce qui m’as sauvée, littéralement, c’est d’avoir toujours eu « la rage au ventre », cette force de vie, qui, envers et contre tout, s’acharnaient à me mordre. Ma Shakti ne m’a jamais lâchée… Comme elle ne t’a jamais lâchée…

Alors, Merci ma Shakti, ma Rage Sacrée ! Je suis en Vie grâce à toi, à moi…

Pour que vivent librement nos Shakti, fières, droites, souveraines et délicieusement sensuelles…

Il est temps.

Elodie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.